Stéphane Belmondo au Duc

Samedi 7 avril, 20H. Rendez-vous au Duc des Lombards, célèbre club de jazz parisien. Durant 3 soirs, carte blanche est donnée au trompettiste Stéphane Belmondo.

Pour ce dernier soir, Stéphane (et sa chemise jaune vif) à la trompette et au bugle, s’entoure de Jacky Terrasson (et ses chaussures de cuir orange!) au piano, Sylvain Romano à la contrebasse et Laurent Robin à la batterie, fidèles compagnons qui ont croisé sa route, à maintes reprises. Des personnages haut en couleur, donc!

Introduction au piano, sur laquelle viennent s’ajouter contrebasse, batterie et trémolos de trompette. On est vite plongé dans de longues improvisations, où chacun montre tour à tour son talent, sans jamais chercher à s’imposer pour autant. L’intensité monte. Une oreille peu initiée pourrait parfois se perdre dans le flot de notes et l’enchaînement d’accords qui nous sont livrés. Mais ces musiciens ont l’intelligence de nous présenter un programme pointu, aux références musicales connues de tous.

Lorsqu’on se penche sur la discographie de Stéphane Belmondo, on se rend alors compte de la place qu’occupe Stevie Wonder dans le coeur de ce musicien. Il y a quelques années, le trompettiste lui a en effet consacré un délicieux album, intitulé Wonderland.

On ne sera alors pas surpris que les musiciens nous proposent ce soir, une reprise de Ribbon in the sky.

Stéphane remercie le public venu en nombre partager ce moment musical, et plus si affinités, plus tard autour d’un verre, au bar. Car c’est aussi ça, la musique… Plaisir des sons et éveil des papilles vont souvent de pair !

C’est autour de Jacky Terrasson de nous faire découvrir ou redécouvrir ses coups de coeur, avec la reprise de Smile de Charlie Chaplin. Le pianiste a lui aussi rendu hommage à Charlot en 2002, avec son album Smile… un de ceux qui tournent le plus souvent dans mon Ipod.

Bercée par ce doux chant, j’en profite pour déguster des petits toasts de foie gras de canard poêlés accompagnés de gingembre confit. Vous comprendrez sans doute mieux, mon envie de promenades sonores, visuelles… et gustatives!

Plus surprenante tant par le choix du morceau que par sa sensualité, la reprise de … La Marseillaise. On a connu la version reggae de Gainsbourg. En voici une réinterprétation toute de velours, pleine de douceur et d’émotion. Viennent se poser sur le phrasé du piano de Terrasson, les sons feutrés du bugle de Belmondo. On s’éloigne du thème pour laisser place à l’improvisation, à un moment plus dynamique et dense. Comme pour mieux revenir l’air de rien* à la mélodie initiale, ensuite…

Pour finir, un morceau tout en vitesse, faisant place à la virtuosité des instrumentistes avec notamment introduction et solo du batteur. Belle performance.

Stéphane Belmondo

Duc des Lombards

*Il m’était impossible de vous parler de l’album Smile de Jacky Terrasson, sans vous faire partager ce titre rêveur… sweet dreams.

Une réflexion sur “Stéphane Belmondo au Duc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.